Télé du Québec

Posts Tagged ‘Hole in the Wall

Extrait de Wipeout

La nouvelle chaîne de télévision québécoise V a recueilli de bonnes cotes d’écoute pour ses premiers pas.

En effet, selon les résultats de BBM, la première émission du jeu télévisé La guerre des clans a su intéresser 329 000 téléspectateurs. Ensuite, la version québécoise de Wipeout a quant à elle été suivie par 557 000 personnes. Du côté de Radio-Canada, lundi à la même heure, le Téléjournal n’a recueilli que 238 000 de cotes d’écoute, alors que le réseau TVA a conservé ses 1 055 000 adeptes du bulletin de nouvelles TVA 18 heures et ses 933 000 téléspectateurs de Sucré salé.

Tout le long de la soirée, V a maintenu une bonne audience avec la version américaine du Mur (452 000 téléspectateurs), les séries états-uniennes CSI : New York (475 000 téléspectateurs) et Le mentaliste (364 000 téléspectateurs), la reprise de la version québécoise de Wipeout (181 000 téléspectateurs) et la nouvelle émission sportive de Jean Pagé et de Jean Perron L’attaque à 5 (115 000 téléspectateurs).

Publicités

Benoît Gagnon

Bien que l’émission Le mur soit produite dans plus de vingt pays, le Québec a encore tenu à se démarquer en adaptant la formule. Cette adaptation, c’est Benoît Gagnon qui l’animera cet automne à TQS.

« Au Québec, on ne fait pas les choses comme ailleurs. Alors, on a regardé ce qui se faisait, on a pris ce qu’il y avait de meilleur et on l’a adapté pour le public d’ici. Ce qu’on va proposer aux joueurs va être vraiment tripant! Ça va être du gros fun pendant une demi-heure! », dit l’animateur.

Malgré le fait qu’il connaissait déjà le concept, Benoît a tout de même hésité avant de confirmer sa participation aux producteurs. Il s’est ainsi référé à ses enfants, qui ont réussi à le convaincre qu’il faisait le bon choix. Il leur a montré une vidéo du concept original qu’il a trouvé sur YouTube et ses enfants ont tout de suite été captivés.

« Je leur ai demandé si je devrais le faire et disons que les négociations n’ont pas duré très longtemps! J’ai alors appelé Bubbles [la boîte de production] et j’ai dit “O.K.! Go! J’ai l’approbation des enfants!” Je savais que l’émission était le fun et agréable et je me disais que, comme animateur, ça allait être drôle et que j’allais m’amuser quand j’allais le faire. », raconte-t-il.

Dès l’annonce de l’adaptation québécoise, un engouement s’est créé autour du jeu. Les gens avaient pu voir à quoi s’attendre, puisque TQS a présenté une version traduite du concept original sur ses ondes. Puisque cette version est « une version d’ici, pour les gens d’ici », les participants seront bien entendu des Québécois. Présentement, plus de 2000 équipes sont inscrites, selon Benoît Gagnon.

« C’est 4000 personnes qui se sont portées volontaires pour affronter Le mur! », est-il fier d’ajouter.

Des vedettes seront de passage

Benoît Gagnon tient à assurer que des vedettes seront de passage à l’émission. Imaginez-les donc dans la fameuse combinaison en aluminium, qui seront également modifiées pour la version québécoise. Il y en aura une pour chaque équipe.

« Il va y avoir des personnalités qui vont passer une fois de temps en temps, ça c’est sûr! Pense à des gens que tu connais et imagine-les dans le suit en aluminium! Ça va être très drôle! »

Le tournage de l’émission se fera à St-Hubert dans les studios de Mel’s, La cité du cinéma à compter du 14 août 2009.

« On fait un blitz! On tourne 28 émissions en 15 jours, à peu près! Je profite de mes dernières journées de vacances parce quand ça va repartir, ça va repartir en fou! », ajoute l’animateur.

Les gens sont invités à s’inscrire à la première saison de la version québécoise de l’émission Le mur sur le site Web de TQS avant le 31 juillet.

Titre d'ouverture de Wipeout

Titre d'ouverture de Wipeout

TQS a acheté un bon nombre de séries télévisées américaines pour les diffuser sur ses ondes. Cependant, la plupart des titres de ces séries ne sont pas traduits, conservant alors leur titre original. C’est d’ailleurs le cas de : Wipeout, Pushing Daisies, Dirty Sexy Money, Lipstick Jungle, et Californication. Malgré tout, ce que fait TQS est tout ce qu’il y a de plus légal; la chaîne québécoise ne contrevient à aucune loi. Cette « mode », qui est d’ailleurs le choix du diffuseur, est apparue depuis déjà quelques mois sur TQS.

« On traduit les titres lorsque la traduction de l’émission est faite au Québec », affirme Robert Montour, vice-président au contenu et à la création de TQS.

Il nous donne à titre d’exemple Moment of Truth (au Québec : Vérité-choc) et Hole in the Wall, dont la mise en onde est prévue d’ici un mois. Une autre raison évoquée par Robert Montour est le manque de temps.

« À la vitesse où on a commandé nos émissions américaines, nous n’avons pas eu le temps de faire le travail d’infographie pour changer les titres à l’écran. Il aurait fallu refaire l’habillage complet des émissions et nous n’avons tout simplement pas le temps. »

L’Office québécois de la langue française

Questionné à ce sujet par le Journal de Montréal, l’Office québécois de la langue française (OQLF) affirme n’avoir aucun pouvoir sur la décision que prend TQS.

« Comme ce sont des produits culturels, la Charte [de la langue française] ne s’applique pas, commente Martin Bergeron, porte-parole de l’organisme. Si on regarde ça d’un point de vue légal, ça respecte la loi. »

Sur les autres réseaux

Si on se transporte vers d’autres réseaux québécois populaires, on s’aperçoit que la réalité est différente. Contrairement à TQS, la majorité des autres réseaux préfère traduire les titres des séries étrangères en français. C’est d’ailleurs le cas à TVA, où les titres des séries comme Prison Break (au Québec : La grande évasion) et Heroes (au Québec : Les héros) sont traduits en français. Les diffuseurs européens, quant à eux, ont conservé les titres d’origine des deux séries citées précédemment.

« On a aussi donné des titres français à d’autres émissions comme Dommages et intérêts (Damages) et La fièvre de la danse (So You Think You Can Dance) », énumère la porte-parole de TVA, Nicole Tardif.

« Pour nous, il n’y a aucun compromis : tous nos titres sont traduits en français. Parce qu’on vit au Québec, par respect pour la langue française, et par respect pour nos téléspectateurs. C’est le cas des titres de séries, mais aussi des titres de films », se permet-t-elle d’ajouter.

En ce qui concerne Radio-Canada, on y traduit également les titres des séries étrangères. C’est notamment le cas de Ugly Betty (qui est devenu Chère Betty), Lost (qui est devenu Perdus) et Desperate Housewives (qui est devenu Beautés désespérées). Une fois de plus, la France a conservé les titres anglophones de ces séries, à l’exception de Lost qui est devenu Lost, les disparus sur les écrans français.

Si on se transporte vers la chaîne destinée aux jeunes, VRAK.TV, l’effort est aussi présent. La série américaine fort populaire That ’70s Show s’appelle 70 (prononcé en français). La série canadienne Falcon Beach, qui sera diffusée à compter du vendredi, 13 février 2009, s’intitulera Amitiés d’une saison. La plupart des autres séries étrangères ont également héritées d’un titre français.

Galerie d’images

Articles reliés

Liens externes


Les frères Scott - Nouveaux épisodes dès le 3 novembre - VRAK.TV

VJ recherché, du mardi au vendredi 20h à MusiquePlus

Télé du Québec sur Twitter

Nouvelles concernant…

RSS Films à venir

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.